huile bourrache
  • huile bourrache
  • gélule bourrache
  • bourrache peau
  • bienfait bourrache

Huile de Bourrache

12,23 €
  • people Pour l'hydratation de la peau et pour compléter ses apports en acides gras essentiels
  • check La Bourrache est naturellement riche en acides gras essentiels, l'Acide Gamma Linolénique
  • check L'huile de bourrache est également connue pour son action pour l'hydratation de la peau
  • check Cet acide gras est peu présent dans notre alimentation quotidienne
  • check 90 capsules de 500mg d'huile de bourrache Bio
  • check Huile encapsulée en Bretagne - Posologie : 3 capsules / jour
  • search Conditionnement : 90 capsules (1 mois) ou 6 x 90 capsules  (2 piluliers offerts)
  • search Produit unitaire et pack x3: Lot en cours : B200237B - DDM : 10/2022 - Pack x6: Lot en cours : QB143874/1 - DDM : 04/2023
Format
 (4,8/5)  - 36 note(s) - 35 avis
Quantité
Livré à votre domicile en 2 jours !

L’huile de Bourrache, riche en GLA, des acides gras essentiels

Le GLA , l’Acide Gamma Linolénique est peu présent dans notre alimentation

Huile issue de l’agriculture biologique certifiée par Ecocert

Qualité n°1 encapsulation en Bretagne comme nos Oméga 3

Hydratation naturelle et souplesse de la peau

Sans conservateur ni OGM : pure et naturelle, vierge, pression à froid

UNE HUILE DE BOURRACHE BIO CONTENANT DES ACIDES GAMMA LINOLÉNIQUES ESSENTIELS

La bourrache est une petite plante aux fleurs violettes et bleues. Ses graines contiennent notamment des acides gras essentiels poly insaturés tels que l’Acide Gamma Linolénique (GLA). Ils sont dits essentiels car notre corps ne sait pas les synthétiser.

A la différence de l’Acide Linolénique, un Oméga 6 trop présent dans l’alimentation moderne, les Acides Gamma Linoléniques (GLA) sont des Oméga 6 rares.

L’huile de bourrache est la source la plus concentrée de GLA.

L’Acide Gamma Linolénique est le précurseur d’un constituant très important des phospholipides de la membrane cellulaire. L'huile de bourrache est donc également intéressante pour les personnes souhaitant garder une peau souple et hydratée naturellement.

  • L’huile de Bourrache est naturellement riche en Acides Gras essentiels pour l’organisme
  • Les Acides Gamma Linoléniques contenus dans l’huile de Bourrache sont peu présent dans notre alimentation
  • Inversement, la consommation d’Oméga 6 Linoléiques doit être contrôlée ou réduite
  • L’huile de bourrache hydrate et assouplit la peau

1500 mg

Huile de Bourrache

270 mg

Acide Gamma Linolénique

100 %

Huile biologique

Valeurs par portion (3 capsules)

Les Oméga 6, un équilibre à respecter

Notre organisme a besoin d’une alimentation équilibrée. Il faut lui apporter entre deux et trois Oméga 6 pour un Oméga 3.

Les Oméga 6 sont des acides gras essentiels à notre santé, au même titre que les Oméga 3.

Malheureusement, l’alimentation industrielle apporte une quantité abondante d’Acide Linoléique (Oméga 6 - AL) issue du tournesol, du maïs ou du soja notamment. Nous recommandons donc de limiter ces huiles végétales et les viandes nourries avec ces aliments.

En revanche, le manque d’Acide Gamma Linolénique (Oméga 6 - GLA) dans notre alimentation justifie son intérêt en complément alimentaire. Il est donc fondamental d’équilibrer également le ratio entre les 2 types d'Oméga 6 en favorisant le GLA.

Parmi les Omega 6, seul le GLA n’a pas d’interaction avec le cycle métabolique des Oméga 3. C’est donc la forme d'Oméga 6 complémentaire des Oméga 3.

Huile de bourrache gélules

Huile de bourrache bienfaits

De l’huile de bourrache bio et une méthode de fabrication douce!

Chez Nutripure, l’huile de bourrache est issue des graines de bourrache issues de l’Agriculture biologique. L’huile est extraite par pression à froid pour ne pas dénaturer le produit.

Une huile bio, vierge et extraite à froid : c’est la garantie d’avoir des acides gras “poly-insaturés” de bonne qualité.

Enfin, l’huile est encapsulée de la même manière que nos capsules d'Oméga 3, en Bretagne, dans une gélatine à base de poisson.

L’huile sélectionnée est récente : son indice de peroxydation est de 2,9, une valeur très basse signifiant que l’huile est très peu oxydée. Nous ne faisons pas de compromis sur la qualité.

Votre peau vous dit merci

L’Acide Gamma Linolénique (Oméga 6 - GLA) contenu dans les capsules d’huile de Bourrache est converti par l’organisme en Acide Dihomo-Gamma-Linolénique, un constituant majeur des phospholipides de la membrane cellulaire.

Les acides gras essentiels de l’huile de bourrache permettent de lutter contre la sécheresse de la peau et le vieillissement cutané. Ils participent également à la souplesse de la peau.

Ainsi, l’huile de Bourrache est également très appréciée notamment des femmes qui souhaitent prendre soin de leur peau naturellement.

Huile de bourrache cheveux

Une qualité au service de l’efficacité pour rester en bonne santé !

  • Oméga 6 GLA peu présents dans l’alimentation
  • Agriculture biologique : Respect de la biodiversité et de l’écosystème
  • Peau souple et hydratée
  • Oméga 6 AL en abondance dans l’alimentation industrielle
  • Agriculture conventionnelle et pesticides
  • Peau vieillie et sèche
QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

COMPOSITION

Huile de bourrache*, gélatine marine (poisson), humectant : glycérol, eau.

*74% des ingrédients d’origine agricole ont été obtenus selon les règles de l’Agriculture biologique. Certifié par FR-BIO-01

INDICATIONS

Complément alimentaire à base d’Huile de bourrache

INFORMATIONS NUTRITIONNELLES

Informations nutritionnellesQuantité par dose journalière (3 gélules)
Bourrache 1500 mg
Dont GLA 270 mg

TRANSPARENCE

Transparence Huile de Bourrache

AVERTISSEMENT

Les compléments alimentaires doivent être utilisés dans le cadre d’un mode de vie sain et ne pas être utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié et équilibré.

Ne pas dépasser la dose journalière recommandée.

Tenir hors de la portée des jeunes enfants.

DOSAGE & PRÉPARATION

Prendre 1 à 3 capsules molles avec un verre d’eau à répartir dans la journée

CONSEILS D’UTILISATION

Prenez 1 à 3 capsules d’Huile de Bourrache par jour de préférence pendant les repas afin de répartir les doses de bourrache.

Conservez vos capsules au réfrigérateur.

A PRENDRE DE PRÉFERENCE

  • Pendant le repas de votre choix

La bourrache

Présentation générale

La bourrache est une plante annuelle très commune et originaire d’Asie mineure. Elle est répandue de nos jours en Europe centrale et méridionale, ainsi qu’en Afrique du nord. A la fin du XXe siècle,  les vertus étonnantes de cette plante ont été constatées par le Dr E.Baruk. Dans ses écrits, il raconte que lors de l’un de ses voyages dans le Midi, il fut frappé par la jeunesse du visage des méridionales. Il raconte les avoir vu se passer de l’huile de graine de bourrache sur le visage et en ajouter à leur alimentation. (2) Ainsi, elle fut par la suite l’objet de nombreuses études.

Figure 1 : Bourrache sauvage.

La présence de la teneur élevée en acide γ-linolénique dans les graines de bourrache rend la bourrache particulièrement importante principalement pour la recherche nutraceutique et pharmaceutique. En effet, le principal actif de cette plante est un acide gras insaturé, que l’on appelle communément les “bons acides gras”. Cela lui confère des propriétés notamment au niveau de l’hydratation cutanée et du vieillissement. (1)

Caractérisation botanique

Aspect physique

La bourrache fait partie de la famille des borraginacées. Elle possède une tige cylindrique assez épaisse et mesure en moyenne entre 20 et 60 centimètres de haut. Sa morphologie est très simple, comportant les racines, la tige et la fleur au sein de laquelle nous aurons les graines de bourrache, utilisées pour la fabrication de notre produit NUTRIPURE.

Figure 2 : Morphologie de Borago officinalis L.

Les fleurs sont, en général, bleu vif, mais elles peuvent parfois être blanches ou roses. Elles sont composées de 5 pétales, de 5 sépales et de 5 étamines à anthères noires en faisceaux et fleurissent de mars à avril (climat méditerranéen) ou de juin à août (climat tempéré). Très répandue sur les décombres, dans les terrains non cultivés et sur les bords des chemins, elle se plaît sur les sols riches en azote et peut se trouver sur des lieux cultivés, au voisinage des habitations ou des champs. C'est une plante hérissée de poils raides et presque piquante. (3)

Composants phytochimiques 

Les composants phytochimiques confèrent à la plante ses propriétés. Nous utilisons les graines de bourrache pour en extraire l’huile, mais les parties aériennes comme les feuilles par exemple sont aussi riches en différents composés. Cependant, ceux-ci ne sont pas encore assez étudiés pour être utilisés en thérapeutique et contiennent des substances toxiques comme les alcaloïdes pyrrolizidiniques.

  • Graines (huile) : acides gras polyinsaturés (acide gamma-linolénique)
  • Parties aériennes : alcaloïdes pyrrolizidiniques, mucilages, tanins, sels de potassium, anthocyanes (delphinidine, cyanidine), flavonols (kaempférol, quercétine), allantoïne. (4)

Propriétés de l’acide gamma linolénique

Le principal actif de la bourrache, le plus utilisé et le plus étudié, est l’acide gamma linolénique (GLA). Il s’agit d’un acide gras polyinsaturé appartenant à la famille des oméga 6. Cependant ce dernier ne peut pas être synthétisé par l’organisme. On doit donc avoir un apport via l’alimentation de cet acide gras, on parle d’acide gras essentiel.

Figure 3 : Acide linoléique et gamma linolénique : deux acides gras polyinsaturés essentiels

Besoins physiologiques

L'acide gamma-linolénique est un acide gras de la famille des oméga-6. Ces derniers sont moins bien connus que les oméga-3 et leurs effets protecteurs cardiovasculaires, cependant ils sont aussi essentiels à notre organisme. Comme tous les lipides, ils jouent un rôle dans le stockage d’énergie de notre corps et ils participent à la composition des membranes cellulaires. En plus de ces rôles essentiels, ils sont utilisés par l’organisme pour des fonctions diverses comme le système cardiovasculaire, immunitaire ou encore la reproduction. (6)

En effet, le GLA intervient dans la voie de synthèse d’une hormone appelée la prostaglandine E1 (PGE1). (7) Cette dernière est très importante et joue un rôle dans la prévention des accidents cardiovasculaires et vasculaires cérébraux. Celle-ci améliore la circulation sanguine, la fonction nerveuse et régule la division cellulaire. En parallèle, elle contribue à l’élimination du mauvais cholestérol et c’est également un médiateur de l'inflammation. (5)

Figure 4 : Prostaglandine E1

En raison de leurs bienfaits, les acides gras oméga-6 font l'objet de nombreuses études scientifiques pour leur action anti-inflammatoire et leur intérêt en tant qu’anticholesterolémiants.

Actions dermatologiques

Le GLA est très utilisé en dermatologie. Il est souvent retrouvé dans des produits visant à hydrater, régénérer et assouplir la peau. Il est notamment indiqué lors des sécheresse cutanées ou d'hyper séborrhées (production excessive de sébum) et il s’utilise même dans le traitement de certaines pathologies comme l'eczéma et le psoriasis. Ces vertus sont dues au rôle essentiel que joue cet oméga 6 dans la constitution des membranes cellulaires. Comme tous les acides gras, le GLA sert de constituants aux membranes lipidiques des cellules. Ils permettent la formation des enveloppes cellulaires. (6)

La delta-6-désaturase (D6D) est essentielle à la synthèse du GLA à partir de l'acide linoléique dans le corps. L'huile de bourrache peut contourner l'altération de la D6D (due à diverses maladies de la peau associées au vieillissement) en fournissant directement à l'organisme du GLA. Celui-ci est ensuite converti, via une séquence d'étapes biochimiques, en un composé très important appelé prostaglandine 1 (PG1), une molécule clé pour maintenir une peau saine. La PG1 présente un puissant effet anti-inflammatoire sur la peau et est également très efficace pour réguler la perte d'eau et protéger la peau des blessures et des dommages. (13)

Le profil d'acide gras de la bourrache est unique, en effet celle-ci est très riche en GLA puisqu’elle en contient environ 21%. A titre de comparaison, les huiles d’onagre et de cassis, également utilisées pour leur richesse en oméga 6, en contiennent respectivement environ 8% et 15%. (8)

La supplémentation en bourrache

Aspect réglementaire

Depuis plusieurs années, la DGCCRF s’est attachée à garantir la qualité des compléments alimentaires à base de plantes, notamment par l’élaboration d’une réglementation exigeante et le contrôle de ses dispositions. Le décret n°2006-352 prévoit un encadrement spécifique pour les plantes et les préparations qui en sont issues. Au sens de ce décret et de l’arrêté du 24 juin 2014 pris pour son application, les plantes sont définies de manière large et incluent les algues (y compris les micro-algues), les champignons (bien qu’étant considérés comme un règne différent des plantes dans la classification classique du vivant) et les autres plantes (bryophytes, gymnospermes, angiospermes…).

La notion de matière première végétale correspond à la partie de la plante qui est utilisée pour fabriquer la préparation de plantes. Il peut s’agir de la plante entière, d’un organe de la plante (ex. : feuille) ou d’une fraction de la plante (ex. : résine, fraction lipidique, huile essentielle). La préparation de plante est obtenue par pulvérisation ou par un traitement spécifique (extraction, distillation, expression, fermentation…) de la matière première végétale.

Selon l’article 7 du décret n°2006-352, les plantes admises dans les compléments alimentaires sont celles dont l’usage est reconnu comme étant traditionnel en alimentation humaine et celles ayant fait l’objet d’une décision d’autorisation en application de la procédure de reconnaissance mutuelle décrite à l’article 16 du décret. Sont considérées comme traditionnelles les plantes dont l’utilisation est reconnue comme n’étant pas nouvelle dans les compléments alimentaires au sens du règlement (UE) n°2015/2283. Une compilation des plantes (autres que les algues, les lichens et les champignons) pouvant être admises dans les compléments alimentaires en vertu de l’article 7 est dressée par la DGCCRF. (9)

La Borago officinalis L. fait partie des plantes autorisées pour l’utilisation des graines, de la fleur et de l’huile de bourrache. Les préparations de cette plante sont autorisées s'il peut être démontré qu’elles ne dépassent pas 1 ppb d'alcaloïdes pyrrolizidiniques. (10)

Contre-indications et effets indésirables

L’huile de bourrache est très peu toxique, son usage est donc peu restreint. Les contre-indications et effets indésirables attendus sont en revanche plus nombreux en ce qui concerne les parties aériennes de la plante (fleur, feuilles, tige). L’ingestion des parties aériennes de la bourrache peut être la cause d'une constipation passagère. Il ne faut pas utiliser les parties aériennes de la bourrache en cas de maladie ou de traitement hépatique, ni en interaction avec des médicaments ayant une action hépatotoxique. En effet, ces parties aériennes contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques, toxiques pour le foie. Il faut donc être prudent et consulter un médecin spécialisé, avant de les ingérer ou de les appliquer en cataplasme sur la peau. Elles sont donc déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes. 

Pour ce qui est de l’huile de bourrache, utilisée dans les compléments Nutripure, celle-ci peut occasionner de rares effets digestifs comme des ballonnements ou des selles molles en cas d’ingestion en trop grande quantité. Cependant, elle ne présente aucun risque majeur. (11)

Les effets cutanés de la bourrache en recherche clinique

La bourrache est principalement connue et utilisée pour ses propriétés dermatologiques. Cependant, il est nécessaire de justifier ces usages par des études cliniques et toxicologiques et de se baser sur des travaux existants confirmant ces indications :

  • La bourrache aide à ralentir le vieillissement cutané.
  • La bourrache participe au maintien d’une bonne hydratation de la peau.

Intérêt de la bourrache sur le vieillissement cutané

Données disponibles

Le vieillissement cutané est à la fois causé par des facteurs intrinsèques, comme la génétique des cellules, mais également par des facteurs extrinsèques causés par des agents environnementaux comme la pollution, le tabac ou une mauvaise alimentation. Or, le vieillissement de la peau occasionne une baisse de perméabilité, qui la rend d’autant plus vulnérable et accélère le processus.

Effectivement, une peau qui vieillit se traduit physiologiquement par une surface sèche, une diminution de l'hydratation et de la teneur en lipides. Les structures du derme s'altèrent et s'effondrent, les propriétés biomécaniques et l'élasticité diminuent. Si le vieillissement cutané est un phénomène physiologique contre lequel on ne peut s'opposer, il existe des moyens luttant contre la sécheresse cutanée qui permettent d'obtenir un ralentissement de son apparition.

Une étude a été menée par T. Borosche et al. sur les effets de la consommation d’huile de bourrache sur les paramètres cutanés chez les personnes âgées. (12)

Paramètres de l’étude : vingt-neuf personnes âgées en bonne santé (âge moyen 68,6 ans), ont reçu une dose quotidienne de 360 ​​ou 720 mg de GLA pendant 2 mois, en utilisant de l'huile de bourrache en capsules de gélatine. Les effets des acides gras dérivés des capsules d'huile de bourrache ingérées sur la fonction de barrière cutanée ont été évalués par la mesure de la perte d'eau transépidermique (PIE). Cela se fait par la mesure du TEWL qui reflète l'intégrité de la fonction barrière de la peau contre la perte passive d'eau par diffusion. Les valeurs du TEWL sont données en tant que perte de gramme d'eau par heure et par m² de peau. Les proportions de GLA au niveau des membranes cellulaires ont également été observées. 

Résultats obtenus : au cours des 2 mois de supplémentation alimentaire en huile de bourrache, la fonction barrière de la peau s'est améliorée de 10,8 % (moyenne), selon une réduction des valeurs TEWL de 7,65 ± 2,96 à 7,20 ± 2,58 et enfin à 6,82 ± 2,29 g/m² h (figure 5). Dix personnes sur 29 ont déclaré souffrir de démangeaisons avant la supplémentation, neuf personnes après 1 mois et aucune après 2 mois de consommation d'huile de bourrache (figure 6). Le pourcentage de participants à l'étude considérant leur peau comme plus sèche a été réduit de 42 à 14% au cours de l'étude.  

Également, la consommation d'huile de bourrache entraîne des modifications très importantes de la composition en acides gras phospholipidiques membranaires. Comme le montre la figure 7, la prise de 1,5 g d'huile de bourrache par jour pendant 2 mois a entraîné une augmentation relative de GLA membranaire d'environ 70 %, similaire à l'effet d'un supplément de 3 g pendant 1 mois (+74 %).

Figure 5 : changement de TEWL chez les personnes âgées après 2 mois de consommation d’huile de bourrache


Figure 6 : Fréquences de 29 personnes âgées indiquant des démangeaisons comme inexistantes, faibles, modérées ou fortes avant et après 1 et 2 mois de consommation d'huile de bourrache


Figure 7 : Augmentation en pourcentage de la teneur en acide gamma linolénique (GLA, 18:3ω6) des membranes après 1 et 2 mois de consommation d'huile de bourrache.

Conclusions

La couche la plus externe de la peau, la couche cornée, constitue une barrière contre l'environnement extérieur et est responsable de l'imperméabilité de la peau pour la plupart des agents. Une tendance à une légère augmentation des mesures de TEWL chez les personnes âgées indique une diminution de la fonction barrière chez les personnes âgées, laissant pénétrer ces agents agressant la peau et responsables de son vieillissement plus rapide. (14) La consommation d'huile de bourrache riche en GLA s'est avérée induire une amélioration statistiquement significative de la fonction de barrière cutanée chez les personnes âgées, comme en témoigne la perte d'eau transépidermique. La consommation d'huile de bourrache riche en GLA s'est avérée induire une amélioration statistiquement significative de la fonction de barrière cutanée chez les personnes âgées, comme en témoigne la perte d'eau transépidermique. La composition en acides gras des phospholipides de la membrane érythrocytaire a démontré une incorporation accrue de GLA et une teneur réduite en acides gras saturés et monoinsaturés. Tous ces facteurs permettent une réduction du processus de vieillissement cutané, qui dépend de nombreux paramètres physiologiques.

Intérêt de la bourrache sur l’hydratation de la peau

Données disponibles

Les fonctions de base de la peau sont celles de barrière de protection, d’homéostasie de l'eau, la régulation de la température ainsi que la photoprotection. Ces paramètres influent sur l’aspect et la texture de la peau. L’hydratation cutanée est essentielle, car elle permet de maintenir l’intégrité de la barrière cutanée et de garder un aspect élastique, éclatant et souple de la peau. 

L’influence des lipides alimentaires sur l’hydratation de la peau a été largement étudiée, notamment par Spirit et al. en septembre 2008. (15)

Paramètres de l’étude : quarante-cinq femmes non-fumeuses en bonne santé, entre 18 et 65 ans, à la peau sensible et sèche ont été recrutées par l'Institut de Dermatologie Expérimentale. Ces femmes ont été réparties en 3 groupes et ont reçu différents traitements pendant 12 semaines : quatre capsules avec des huiles différentes ont été prises chaque jour, deux au petit-déjeuner et deux au dîner. Les doses quotidiennes s'élevaient à 2,2 g d'huile de lin ou de bourrache. En parallèle, nous avions également un groupe placebo. L’huile de bourrache utilisée est produite à partir des graines de la plante de bourrache ( Borago officinalis ) et est riche en acides gras n- 6 GLA (22 %) et LA (39 %).

Les paramètres cutanés étaient mesurés par prélèvements sanguins effectués à J0, à la semaine 6 et à la semaine 12. Différentes méthodes ont été utilisées :

  • Sensibilité de la peau : l'irritation nicotinique a été utilisée pour tester la sensibilité de la peau. Du nicotinate a été appliqué, induisant une inflammation de la peau. Le rougissement a été mesuré par chromamétrie avant et après le traitement. L'intensité de l'érythème est donnée par une  Δvaleur, qui représente la différence entre la valeur avant et celle après le traitement. Les mesures ont été effectuées sur l'avant-bras interne des volontaires. Aucun traitement avec une quelconque pommade sur les zones testées n'a été autorisé pendant toute l'étude.
  • Hydratation de la peau : l'hydratation de la peau a été déterminée par cornéométrie (méthode couramment utilisée pour déterminer l’hydratation de la peau, utilisant un capteur pour mesurer la permittivité relative des couches supérieures de la peau, qui dépendent de l’hydratation).  La TEWL a également été mesurée.
  • Evaluation des profils de surface de la peau : les profils de surface de la peau ont été évalués avec la méthode d'évaluation de la surface de la peau vivante. Quatre paramètres différents sont appliqués pour caractériser la surface de la peau : rugosité, desquamation, lissage et rides.

Résultats obtenus : dans un premier temps, les auteurs ont comparé les acides gras apportés par les différentes huiles chez les deux groupes. Dans le groupe de l'huile de lin, seule la contribution de l'ALA (acide alpha-linolénique, oméga 3) aux acides gras totaux a été significativement modifiée. Du jour 0 à la semaine 6, il a augmenté de 0,58 à 0,83 % et est resté constant jusqu'à la semaine 12 (figure 8). Lors de la supplémentation en huile de bourrache, la quantité relative de GLA a été significativement augmentée aux semaines 6 et 12 par rapport au jour 0 (figure 9). Une augmentation a été détectable pour l'acide di-homo-γ-linolénique (DGLA, le métabolite du GLA) de 2,09 % à la semaine 0 à 2,44 % à la semaine 6 et à 2,33 % à la semaine 12.

Figure 8 : composition en acides gras pour le groupe recevant l’huile de lin


Figure 9 : composition en acides gras pour le groupe recevant l’huile de bourrache

Ensuite, la sensibilité de la peau a été étudiée. Suite à l’exposition au nicotinate, par rapport aux valeurs initiales, les valeurs Δ  étaient significativement inférieures aux semaines 6 et 12 dans les groupes traités avec de l'huile de lin et de bourrache. Après 12 semaines, la diminution était respectivement de 45 et 35 % ( P < 0,05). Aucun changement n'a été observé dans le groupe placebo (figure 10). Pour les deux groupes, ces différences sont significatives et indiquent une vraie amélioration. En revanche pour les huiles entre elles, la différence n’est pas significative. 

En plus de cette valeur Δ, le flux sanguin cutané a été mesuré. En effet, lors d’une inflammation, le flux sanguin cutané augmente (ce qui est en partie responsable des rougeurs également). Le flux sanguin cutané, par rapport à la ligne de base, était plus faible dans les groupes recevant de l'huile de lin et de bourrache après 6 et 12 semaines de supplémentation (figure 10 ). Aucun changement n'a été observé dans le groupe placebo.

Figure 9 : composition en acides gras pour le groupe recevant l’huile de bourrache

Enfin, l’hydratation de la peau ainsi que la perte d’eau transépidermique et la structure de la peau ont été étudiées. Chez les femmes supplémentées en huile de lin ou de bourrache, l'hydratation de la peau était significativement augmentée après 12 semaines de traitement par rapport au jour 0. Le TEWL a diminué dans les deux groupes d'huile végétale d'environ 10 % après 6 semaines. Aucune différence statistiquement significative entre le jour 0 et les semaines 6 et 12 n'a été mesurée dans le groupe placebo (figure 11).

Figure 11 : effets sur l'hydratation de la peau et la perte d'eau transépidermique (PIE) suite à une supplémentation en huile de lin ou de bourrache

Les profils cutanés ont été analysés à l'aide de la méthode d'évaluation de la surface de la peau vivante qui fournit des paramètres associés à la rugosité, la desquamation, la douceur et les rides de la peau. Après une intervention de 12 semaines avec de l'huile de lin, la rugosité, la desquamation et la douceur ont été améliorées (figure 12). La supplémentation en huile de bourrache a entraîné des modifications des mêmes paramètres, mais seule la diminution de la desquamation de la semaine 0 à la semaine 6 était statistiquement significative. Aucun changement n'a été déterminé dans le groupe placebo, à l'exception d'une diminution faible mais statistiquement significative de la régularité des paramètres. Aucun des traitements n'a affecté les rides.

Figure 12 : paramètres liés à la structure de la peau déterminés par l'évaluation de la surface de la peau aux semaines 0, 6 et 12 de l'étude.

Conclusions

Dans cette étude, nous pouvons voir que 12 semaines de supplémentation orale en huile de bourrache riche en acide linoléique (n-6) et en acide gamma-linolénique (C18:3, n-6) a permis de supprimer de manière significative les rougeurs cutanées induites par le nicotinate, de diminuer le flux sanguin, la rugosité de la peau, la perte d'eau transépidermique et la desquamation de la peau, tandis que l'hydratation de la peau était significativement augmentée. Les effets stabilisants et les améliorations des membranes cellulaires causés par le GLA peuvent être responsables de modifications des propriétés macroscopiques de la peau liées à l'homéostasie de l'eau.

Autres intérêts de la bourrache

Effets antioxydant

Un travail a été effectué par Hala AH Khattab en 2017 afin de mettre en évidence les potentiels effets antioxydants de l’huile de bourrache. (16) Soixante rats ont été divisés en cinq groupes. 

  • Un groupe contrôle
  • Un groupe recevant de l’huile de bourrache à 50 mg/kg
  • Un groupe irradié à 6,5 Gy
  • Un groupe irradié recevant l’huile de bourrache après (post-traitement)
  • Un groupe irradié recevant l’huile de bourrache avant et après (pré/post-traitement).

Les taux sériques d'aspartate aminotransférase (AST), d'alanine aminotransférase (ALT), de gamma glutamyl transférase (GGT), le profil lipidique, ainsi que les taux sériques et hépatiques de glutathion réduit (GSH) et de peroxyde lipidique (malondialdéhyde) (MDA) ont été évalués. Un examen histopathologique des coupes de foie a également été réalisé. C’est l’hépatotoxicité induite qui est mesurée par tous ces paramètres, afin de constater les dégâts causés par l’irradiation et les éventuels effets protecteurs de l’huile de bourrache. 

En effet, les rayons utilisés pour irradier les rats causent des dommages oxydatifs irréversibles aux cellules de l’animal via notamment des radicaux libres, qui provoquent des lésions dans l’organisme.  

Les résultats montrent que l'administration orale de l’huile de bourrache a significativement amélioré les taux sériques d'enzymes hépatiques, le profil lipidique, ainsi que les taux sériques et hépatiques de GSH et de MDA (qui sont des piégeurs de radicaux libres naturellement présents dans l’organisme) des rats 15 jours après leur irradiation. De plus, une amélioration marquée a été notée vis à vis des changements histopathologiques induits par l'irradiation dans les tissus hépatiques. L'amélioration était plus prononcée dans le groupe pré-post-traité par BO irradié que dans le groupe BO irradié post-traité.

Les conclusions tirées par les auteurs de l’étude mettent en évidence le rôle de l’huile de bourrache dans la réduction de l'hépatotoxicité et du stress oxydatif induit par l'exposition aux rayonnements. C’est un résultat encourageant qui ouvre la porte à d’autres études, éventuellement sur des cellules humaines afin de quantifier cet effet antioxydant.

Effets sur le cholestérol

Une expérience a été menée par Mohammad Khalil Alhilal en 2014 sur des hamsters afin d’étudier les effets sur le cholestérol de la bourrache. (17) Elle a été effectuée sur 45 cobayes en bonne santé, divisés en trois groupes : 

  • A : groupe recevant de l’huile de bourrache
  • B : groupe ayant une alimentation riche en graisses et cholestérol
  • C : groupe témoin

L’étude est découpée en 3 périodes. Dans un premier temps, les cobayes vivaient librement dans le laboratoire sans suivre de régime spécifique pendant 15 jours. Puis, lors de la seconde période, les groupes A et B ont reçu des régimes spécifiques très riches en lipides et acides gras pour 4 semaines. Enfin, pendant la troisième période, le groupe B a continué de recevoir le régime riche en graisses et le groupe A a reçu de l’huile de bourrache à 2g/kg une fois par jour pendant 4 semaines. 

Les résultats ont montré une augmentation significative des concentrations de cholestérol total (TC), de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C, le mauvais cholestérol) et de triglycérides (TG) d'environ (163 %, 224 %, 232 %) respectivement dans les groupes A et B en deuxième période (régime gras) par rapport à la première période (régime libre). Nos résultats ont montré, en troisième période, une diminution significative et spectaculaire des concentrations de TC, LDL-C et TG environ (56 %, 69 %, 40 %) respectivement dans le groupe A en comparaison avec le même groupe de deuxième période.

Conclusion générale

La bourrache est une plante très répandue en Europe et en Asie mineure, populaire pour ses propriétés topiques. L’huile de bourrache, extraite des graines de la plante, est connue pour sa richesse en acide gamma-linolénique, qui est un oméga-6 appartenant aux acides gras rares. En effet, c’est un acide gras insaturé qui n’est pas assez présent dans notre alimentation et qui participe pourtant à la bonne santé de notre peau. Celle-ci permet de maintenir une bonne hydratation, de réduire les rougeurs et de ralentir le processus de vieillissement. Ayant peu d’effets indésirables et de contre-indications, l’huile de bourrache est idéale pour maintenir la peau en bonne santé. Ses propriétés sont encore en train d’être explorées par les chercheurs, qui mettent en lumière des propriétés cardiovasculaires et antioxydantes très prometteuses. 

Bibliographie

(1) Uzzan A. 1986. L'huile de Bourrache : une huile pleine d'avenir. 10, 385-9. 

(2) Baruck  E. 1897. De quelques plantes médicinales. Edition St Denis.

(3) Rombi M. 1991 Cent plantes médicinales. Edition Romart.

(4) Devesh T. Sweta B. Pooja P., Archana N. S. 2019. Nonvitamin and Nonmineral Nutritional Supplements, Chapter 3.7 - Borage (Borago officinalis L.). Academic Press. 165-170.

(5) Fantone JC, Marasco WA, Elgas LJ, Ward PA. 1983. Anti-inflammatory effects of prostaglandin E1: in vivo modulation of the formyl peptide chemotactic receptor on the rat neutrophil. J Immunol. 1495-7.

(6) D.F. Horrobin. 1992. Nutritional and medical importance of gamma-linolenic acid. Progress in Lipid Research, Vol 31, 2, 163-194.

(7) Kapoor, Rakesh ; Huang, Yung-Sheng. 2006. Gamma Linolenic Acid: An Antiinflammatory Omega-6 Fatty Acid. Current Pharmaceutical Biotechnology, Volume 7, Number 6, 531-534.  

(8) J. M. Muderhwa, C. Dhuique-Mayer, M. Pina, P. Galzy, P. Grignac, J. Graille. 1987. Répartition interne/ externe des acides gras des triglycérides de quelques huiles gamma linoléniques.  Oléagineux, Vol 42, N° 5, 207-211.

(9) Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Compléments alimentaires - Les plantes. Ministère de l’économie des finances et de la relance.

(10) Journal officiel de la République française. Arrêté du 24 juin 2014 établissant la liste des plantes, autres que les champignons, autorisées dans les compléments alimentaires et les conditions de leur emploi.

(11) Health medicine Network. Bourrache, fiche complète. 

(12) Thorolf Brosche, Dieter Platt. 2000. Effect of borage oil consumption on fatty acid metabolism, transepidermal water loss and skin parameters in elderly people, Archives of Gerontology and Geriatrics, Volume 30, p.139-150.

(13) Vijay K. Kapoor, Janhvi Dureja, Renu Chadha. 2009. Herbals in the control of ageing, Drug Discovery Today, Volume 14, p. 992-998.

(14) Berardesca E, Herbst R, Maibach H. 1993. Plastic Occlusion Stress Test as a Model to Investigate the Effects of Skin Delipidization on the Stratum corneum Water Holding Capacity in vivo. Dermatology 187:91-94.

(15) De Spirt, S., Stahl, W., Tronnier, H., Sies, H., Bejot, M., Maurette, J., & Heinrich, U. 2008. L'intervention avec des suppléments de graines de lin et d'huile de bourrache module l'état de la peau chez les femmes. British Journal of Nutrition, 101 (3), 440-445.

(16) Hala AH Khattab, Inas ZA Abdallah, Fatimah M. Yousef, Etimad A. Huwait. 2017. Efficiency of borage seeds oil against gamma irradiation-induced hepatotoxicity in male rats: possible antioxidant activity. African Journal of Traditional, Complementary and Alternative Medicines.

(17) Mohammad Khalil Alhilal, Ahmad Mufeed Supuh, Najeh Hapra. 2014. Borage oil rich in gamma linolenic acid (GLA) reduces cardiovascular disease (CVD) risk factors in hamsters fed in diet rich in saturated fatty acids (SFAS) and cholesterol. Bas.J.Vet.Res.Vol.1. 

Téléchargement

Étiquette Huile de bourrache

Téléchargement (512.21k)

Bulletin de conformité Bourrache

Téléchargement (1.6M)

Certificat BIO 03-2023

Téléchargement (87.11k)
Parole d'expert
review-photo
Charlie Arsan - Mannequin & ultra traileuse
(5/5)
La bourrache hydrate ma peau naturellement et il me tient à coeur qu'elle soit bio et sans conservateur.
Vos avis
Par (Landebia , France métropolitaine) le  08 Juin 2022 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Très bien

3 gélules /j pour nourrir ma peau de l'intérieur ????

Par (La Ciotat , France métropolitaine) le  19 Avr. 2022 (Huile de Bourrache) :
(5/5

J'en reprendrai ????

Ça fait presque 1mois que je prends de la Bourrache eg j'e me rrnds compte que mes cheveux et ma peau sont moins secs et plus doux au toucher ????????

Par (LEVAL, France métropolitaine) le  26 Fév. 2022 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Ravie

J'ai commencé depuis presque un mois pour des bouffées de chaleur en complément avec de l'huile d'onagre
Et je suis agréablement surprise je n'ai pratiquement plus de bouffées et beaucoup moins forte
Je vais continuer
Je recommande

Par (STRASBOURG, France métropolitaine) le  06 Fév. 2022 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Top

Excellent compliment alimentaire,
Après plusieurs semaines on constate physiquement les bénéfices sur notre peau.

Par (BELCAIRE, France métropolitaine) le  27 Nov. 2021 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Huile de bourrache

Très bon produit

Par (GRADIGNAN, France métropolitaine) le  19 Nov. 2021 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Huile de Bourrache

a priori pas de problème particulier : je n'ai pas commencé le produit

Par (Angoulins, France métropolitaine) le  03 Oct. 2021 (Huile de Bourrache) :
(4/5

Bourrache

Je fais confiance à nutripure et Christophe Carrio sur ce produit qui apporte un bien notamment au cerveau.

Par (Bois-Guillaume, France métropolitaine) le  18 Sept. 2021 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Excellent

Très efficace! Mes lèvres et mes mains ne sont plus gercées. Miraculeux! J’ai essayé plusieurs autres marques mais celle-ci est la plus efficace.

Par (Wasquehal, France métropolitaine) le  11 Sept. 2021 (Huile de Bourrache) :
(5/5

belle qualité de produit

J'entame ma deuxième boite et suis contente des premiers résultats sur ma peau.

Par (ROISSY, France métropolitaine) le  01 Sept. 2021 (Huile de Bourrache) :
(5/5

Excellent

Je prend une gellule le matin et une le soir.
Au bout de 3 jours ma peau et mes cheveux sont passés de secs à doux, mes ongles se sont solidifiés.
Produit qui a fonctionné pour moi donc je recommande.
Merci.

Vous aimerez aussi

Articles du blog en relation

Newsletter

Recevoir notre newsletter hebdo: des infos et des recettes ! Pas de spam !
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.