Perturbateurs Endocriniens, perte de graisse et Cure Detox : préserver sa santé

Partager ce contenu

Publié le : 25/03/2018 15:20:51
Catégories : NUTRITION SPORTIVE , SANTÉ

Impossible de ne pas s’interroger et chercher à se prémunir contre la pollution, les perturbateurs endocriniens et autres pesticides.

Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi il faut soutenir la détoxification de l’organisme. Pourquoi perdre de la graisse ou chercher à ne pas en accumuler durant l’année et pas seulement au printemps avec les cures detox et autres régimes.

Détoxification, perte de graisse et perturbateurs endocriniens sont profondément liés et cela concerne votre santé mais également vos performances et votre esthétisme. Dans la seconde partie de l’article, je partagerai avec vous des solutions pratiques notamment en matière d’alimentation et d’utilisation des compléments alimentaires. Vous comprendrez pourquoi et comment un bon Multivitamines, notre complexe Magnésium+B6+taurine, l’isolat de whey, les Oméga 3 ou encore les BCAA et la Glycine participent au processus de détoxification.

Les perturbateurs endocriniens et santé globale.

Nous vivons dans un monde pollué. Omniprésents dans notre quotidien, les perturbateurs endocriniens sont devenus une préoccupation de santé majeure. Aujourd’hui plus de 100 000 produits chimiques sont utilisés dans tous les secteurs d’activités. De nombreuses molécules sont des perturbatrices neuroendocriniennes : pesticides, herbicides, insecticides, bisphénols, phtalates, dioxines, mercure, conservateurs, additifs, produits de beauté, crèmes solaires…

On les trouve dans l'alimentation (pesticides, bisphenol A et B, phtalates, DINCH, certains additifs alimentaires, revêtements antiadhésifs, … ).

Mais c’est surtout dans les produits cosmétiques et d’hygiène et beauté que les perturbateurs endocriniens sont les plus concentrés : crèmes, dentifrices, démaquillants, déodorants ou crèmes solaires (Parabènes, Cyclopentasiloxane, triclosan, Benzophenone et Ethylhexyl Methoxycinnamate...)

Le mobilier de maison (retardateurs de flammes censés prévenir les incendies).

Les parfums et produits d’ambiance.

Ils ont un impact sur le système nerveux, le système hormonal, le système digestif, le système immunitaire, le système musculaire (myofascial), le système cardiovasculaire, le système pulmonaire et dans la genèse de nombreux cancers.

Les conséquences de l’omniprésence de ces produits chimiques chez l’homme ne sont plus à prouver même si les différents lobbys tentent de diminuer leur nocivité et discréditer toutes personnes montrant leurs dangerosité (chercheurs, médecins, politiques ou simples citoyens).

Cet impact négatif global dans l’organisme est lié au fait que les perturbateurs endocriniens se comportent comme des « usurpateurs hormonaux » en se fixant sur les récepteurs de nos hormones à la surface de nos cellules ce qui impacte le corps selon des mécanismes complexes.

Il existe même un effet cumulatif des perturbateurs endocriniens appelé effet cocktail. Ainsi pour un même récepteur hormonal plusieurs composés chimiques se lient au récepteur, c’est-à-dire que la fixation du premier favorise la liaison du second puis d’un troisième. Conséquence : les molécules ensemble sont toxiques à des concentrations plus faibles que chaque molécule prise individuellement.

On sait depuis maintenant des années que les perturbateurs endocriniens diminuent la production de testostérone et de sperme chez l'homme et le cycle des oestrogènes chez la femme. Ce qui a un impact certain dans les syndromes de fatigue chronique, sur les problèmes de fertilité rencontrés par de plus en plus de couples.

Les perturbateurs endocriniens augmentent le stockage des graisses et diminuent leur utilisation

On a récemment découvert également que l’exposition chronique à ces molécules interfère avec des signaux envoyés par le système digestif au cerveau et qui servent à savoir si on a suffisamment mangé (notre satiété). Quand ce système de signalisation est rompu, nous mangeons trop et grossissons. Par ailleurs, l’alimentation moderne et industrialisée est également fortement addictive ce qui perturbe encore plus la régulation de la faim, de la satiété, de l’énergie et favorise encore plus le stockage des graisses.

Une majorité des perturbateurs endocriniens produits industriellement sont des molécules de types halogénées. On retrouve des molécules similaires dans la composition de nos hormones thyroïdiennes. Ainsi de nombreux perturbateurs endocriniens soit de façon directe soit par effet cocktail peuvent perturber l’axe Hypothalamus-Hypophyse-thyroïde (fonctionnement thyroïdien) et l‘axe Hypothalamus-Hypophyse-Surrénale (axe du stress). Or ces deux axes fonctionnent en synergie et ils sont nécessaires à la fois pour contrôler notre niveau d’énergie, notre chaleur corporelle, le stockage et l’utilisation de nos graisses de réserve.

Les pesticides, herbicides et autres perturbateurs endocriniens sont connus pour s’accumuler dans nos graisses de réserve et ainsi modifier le fonctionnement des cellules graisseuses. Ils modifient également le fonctionnement des mitochondries (les centrales de production d’énergie de chacune de nos cellules). Ces mitochondries produisent notre énergie à partir des glucides et des graisses. Si elles fonctionnement mal alors la production d’énergie est perturbé et nous fonctionnons moins bien.

Les perturbateurs endocriniens participent également à la résistance à l’insuline, l’hormone chargée de réguler à la fois le taux de sucre dans le sang et également le stockage de nos excès de glucides sous forme de graisse.

Autre point important, ces molécules chimiques stimulent une famille de récepteurs spécifiques à l’intérieur du noyau de nos cellules. Ce sont les PPAR (peroxisome proliferator-activated receptors). Ces récepteurs, lorsqu’ils sont stimulés par les perturbateurs endocriniens circulants dans notre sang, activent de jeunes cellules graisseuses (les préadipocytes) ce qui augmente leur nombre et leur capacité à stocker de la graisse.

La fabrication de nouvelles cellules graisseuses (adipocytes) est un phénomène presque irréversible, et une fois créées, le nombre d’adipocytes ne diminue pas. C’est un problème majeur qui explique en partie pourquoi certaines personnes sont beaucoup plus sensibles que d’autres au stockage des graisses, ce qui leur demande des efforts alimentaires et sportif beaucoup plus importants pour rester minces ou « sèches » dans le langage sportif.

Généralement ces personnes ont connu des périodes de surpoids ou d’obésité plus ou moins longues, liées à de mauvaises habitudes alimentaires, la sédentarité mais également à une exposition fréquente à une multitude de perturbateurs endocriniens. Par conséquent, ces personnes même après avoir maigri, possèdent un nombre de cellules graisseuses plus important, même si ces cellules sont moins remplies, et un taux d’adiposité (pourcentage global de graisse de réserve) supérieur à d’autres personnes ayant toujours été maigres ou n’ayant pas connu d’épisode de surpoids.

Par conséquent au moindre écart, ou si ces personnes s’éloignent de leurs bonnes habitudes alors elles grossissent beaucoup plus vite et de façon beaucoup plus importante que d’autres individus.

Pour s'en débarrasser : mieux manger, détoxifier et perdre de la graisse

Les deux actions les plus simples sont de réduire notre exposition quotidienne et améliorer les systèmes de détoxification et d’élimination du corps tout en cherchant à perdre de la graisse de réserve et maintenir un taux de masse grasse (adiposité) santé entre 9 et 14 % pour un homme et 12 à 20% chez une femme et cela toute l’année.

Dans mon livre Santé et Nutrition l’ensemble des 5 fondations de la santé que je propose ainsi que les principes alimentaires visent précisément à diminuer notre exposition aux produits chimiques mais aussi à les évacuer plus rapidement au travers de stratégies visant à faciliter nos changements d’habitudes.

Action fondamentale : bouger plus et transpirer

Par exemple il est fondamental de bouger plus dans la journée et de faire du sport même si vous n’aimez pas ça car cela permet d’évacuer les molécules chimiques de notre organisme et également pour éviter leur stockage dans les graisses. En effet et comme nous l’avons vu plus haut, les produits chimiques sont liposolubles c’est-à-dire qu’ils sont stockés facilement dans nos graisses de réserve.

Lors d’une perte de poids rapide comme c’est souvent le cas au printemps où les gens mangent mieux il est fréquent qu’une libération excessive de molécules chimiques soit libérée dans le sang avec la libération des graisses de réserves, affectant le fonctionnement de la thyroïde, la régulation de l’appétit et fonctionnement hormonal ! C’est la raison pour laquelle il faut bouger plus, transpirer, faire du sport. L’ensemble de notre métabolisme fonctionne et évacue plus vite les molécules toxiques.

Actions fondamentales au niveau alimentaire :

- Laver les fruits et légumes avant leur préparation/consommation.

- Stocker vos restes de plat dans des emballages en verre

- Ne jamais réchauffer aux micro-ondes dans un emballage plastique.

- Consommer des légumes et fruits de saison (également pour des raisons d’intolérance alimentaire),

- Limiter les fruits et légumes d’importation notamment ceux venus du Mexique, d’Espagne ou des pays de l’Est où la législation en matière d’utilisation de pesticides est beaucoup plus permissive et laxiste pour le moment.

- Choisir des fruits et légumes biologiques le plus souvent et dans tous les cas obligatoirement dans la liste suivante car ce sont ceux présentant les niveaux de pesticides les plus importants et parfois plusieurs pesticides différents comme le présente cette analyse de l’ONG Génération future fondée sur la base de données officielles produites par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) sur une période allant de 2012 à 2016.

Actions fondamentales au niveau hygiène et maquillage :

Faire très attention aux cosmétiques et produits de beauté maquillage en vous orientant vers les alternatives les plus naturelles possible.

Si un produit contient un des ingrédients suivant dans la liste au dos du pot stopper son usage et chercher une marque plus saine :

BUTYLPARABEN, ETHYLPARABEN, METYLPARABEN, PROPYLPARABEN, POTASSIUM BUTYLPARABEN, SODIUM BUTYLPARABEN, METHYLISOTHIAZOLINONE, BUTYLPHENYL METHYLPROPIONAL (LILIAL) , L’HYDROXYANISOL BUTYLE (BHA), BUTYLHYDROXYTOLUENE (BHT), TRICLOSAN, ETHYLHEXYL METHOXYCINNAMATE BENZOPHENONE-1, BENZOPHENONE-3, RESORCINOL, RESORCIN, BENZENEDIOL, HYDROXYPHENOL, DIHYDROXYBENZENE, HYDROQUINONE ET PHENYLENEDIOL CYCLOPENTASILOXANE, CYCLOTETRASILOXANE, CYCLOMETHICONE, PHENOXYETHANOL

Une autre action fondamentale est de soutenir les processus de détoxification du foie.

Systèmes de détoxification et compléments NUTRIPURE

La majorité des processus de détoxification se déroule dans le foie. Notre foie est un filtre de notre sang. Ainsi tout ce qui circule dans le sang soit après digestion soit lors d’une libération (stress, sport etc) passe par le foie. En matière de détoxification le foie possède 2 phases.

La phase 1 utilise une large famille d’enzymes appelée cytochrome P450 qui oxydent, réduisent, et hydrolysent les molécules. Ces actions ont pour but d’enlever ou de rajouter un électron aux molécules toxiques et ainsi les rendre plus solubles dans l’eau favorisant ainsi leur élimination par les reins ou la transpiration. Ces réactions demandent de nombreuses vitamines du groupe B, la présence d’acides aminés ramifiés (BCAA) qui vont être utilisés pour fabriquer de la glutamine, de la vitamine C et du Coenzyme Q10.

La phase 2 : Après les opérations de phase 1 les molécules intermédiaires toxiques, sont plus oxydantes que leur version d’origine rendant la phase d’élimination dangereuse pour l’organisme. En effet lors de son élimination, la molécule toxique peut créer du dégât sur son trajet. C’est la raison d’être de la phase 2 qui est fondamentale.

Ainsi selon la nature de la molécule toxique à éliminer, le foie peut envoyer la molécule pour élimination ou la faire passer en phase 2. Lors de cette phase 2, le foie associe une molécule à la molécule toxique. On parle alors de réaction de conjugaison.

Cette phase requiert un certain nombre d’acides aminés (glycine, taurine, glutamine, cysteine) ainsi que des vitamines du groupe B, du sélénium et du magnésium, des oméga 3 et d’autres molécules. En effet il existe 8 processus de détoxication différents. Les plus importants sont la sulfatation, la méthylation, la glucuronidation, l'acétylation et la conjugaison avec le glutathion, dépendant de l’association d’un acide aminé avec des cofacteurs (vitamines, zinc, magnésium, sélénium).

Quelques exemples de réactions simplifiées faisant intervenir les acides aminés +vitamines + minéraux + cofacteurs :

  • La réaction de sulfatation : cystéine + taurine + méthionine + vitamines B + zinc + magnésium + autres cofacteurs.
  • La réaction de glutathion : glycine + cystéine + glutamine + vitamines B + zinc+ magnésium + autres cofacteurs.

Cette réaction est fondamentale pour l’organisme.

Exemple de réaction de conjugaison avec acides aminés : Glycine + cystéine + vitamines B + magnésium

On comprend mieux, l’importance d’une alimentation équilibrée et d’un apport quotidien en protéines de bonne qualité et en quantité adaptée et, en fonction des besoins et circonstances, de l’utilisation de certains compléments alimentaires.

En effet, l'utilisation intense des fonctions de désintoxication liée à la quantité de molécules toxiques et des perturbateurs endocriniens que nous absorbons, entraîne souvent des carences au niveau des cofacteurs (vitamines B, minéraux..). En conséquence, la capacité à éliminer les molécules toxiques et donc un risque accru d'accumulation de ces molécules, augmente en relation avec les carences en cofacteur. De la même façon, un apport insuffisant en protéine et donc en acides aminés augmente ce risque.

Les choses se compliquent un peu plus puisqu'on sait aujourd'hui que tout le monde ne possède pas génétiquement les mêmes capacités de détoxification. Ainsi, chez certains, ces capacités sont plus grandes malgré une mauvaise alimentation et une mauvaise hygiène de vie.

Pour d’autres c’est totalement l’inverse et les moindres carences en vitamines, magnésium, et autres micronutriments ou en acides aminés (protéines) vont avoir des répercussions beaucoup plus rapides et importantes dans leur capacité de détoxification et donc au niveau de leur santé.

A la lumière de ces différentes explications nos compléments alimentaires peuvent vous aider à soutenir les processus de détoxification du corps en complément de votre alimentation et de l'activité physique nécessaire pour évacuer de l'organisme les molécules toxiques:

2 gélules de Multivitamines : Apport de vitamines du groupe B, C, sélénium, magnésium et Q10 (pour le fonctionnement des mitochondries)

2 gélules de Magnésium+B6+Taurine : couvre les apports recommandés en complément du multivitamine.

3 gélules d'Oméga 3 : améliorent le fonctionnement du foie.

30 à 60g/jour d’Isolat de whey : apport de protéines riches en BCAA, et cystéine

10gr de Glycine au repas du soir : apport direct de cet acide aminé rare dans l’alimentation.

BCAA + GLUTAMINE durant l’entrainement : facilite le maintien d’un fonctionnement du foie post effort et améliore la récupération musculaire et le fonctionnement intestinal.

La richesse en micronutriments de notre alimentation, ainsi que la bonne santé de notre intestin et microbiote, sont des facteurs d’une extrême importance pour le fonctionnement enzymatique de notre foie et au final pour notre capacité à éliminer nos déchets.

Certains fruits, légumes ont de puissantes actions dans les phases 1 et 2 de détoxification de votre foie tout en ayant une action importante au niveau intestinal: c’est le cas de la famille des crucifères (brocoli, choux, choux fleur et leur version lactofermentée ou en graines germées), les oignons et l’ail, les framboises, myrtilles, le romarin, le curcuma, le gingembre ou les cloux de girofles, le thé vert…

Mon livre Santé et Nutrition vous aide à faire les bons choix dans la jungle de l’information et à changer un ensemble d’habitudes (les fondations de la santé) visant à retrouver ou préserver votre santé le plus longtemps possible.

Prenez soin de vous, personne ne le fera à votre place.

Christophe Carrio

Références :

http://www.liberation.fr/planete/2017/10/04/perturbateurs-endocriniens-le-parlement-europeen-invalide-la-definition-de-la-commission_1600827

http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/science-actualites/expo-dossiers/perturbateurs-endocriniens-quels-risques-pour-la-sante/un-perturbateur-du-systeme-hormonal/

http://www.generationscobayes.org

https://www.generations-futures.fr

https://www.quechoisir.org/utils/recherche/?keyword=perturbateurs+endocriniens

Colborn T. Epidemiology of Great Lakes bald eagles J Toxicol Environ Health, 33 (1991), pp. 395–453

T. Colborn, F.S. vom Saal, A.M. Soto Developmental effects of endocrine-disrupting chemicals in wildlife and humans Environ Health Perspect, 101 (1993), pp. 378–384

L.N. Vandenberg, M.V. Maffini, C. Sonnenschein, et al. Bisphenol-A and the great divide: a review of controversies in the field of endocrine disruption Endocr Rev, 30 (2009), pp. 75–95

E. Diamanti-Kandarakis, J.P. Bourguignon, L.C. Giudice, et al. Endocrine-disrupting chemicals: an Endocrine Society scientific statement Endocr Rev, 30 (2009), pp. 293–342

L.N. Vandenberg, R. Hauser, M. Marcus, et al. Human exposure to bisphenol A (BPA) Reprod Toxicol, 24 (2007), pp. 139–177

C. Mauduit, A. Florin, S. Amara, et al. Effets à long terme des perturbateurs endocriniens environnementaux sur la fertilité masculine Gynecol Obstet Fertil, 34 (2006), pp. 978–984

E. Swedenborg, J. Rüegg, S. Mäkelä, I. Pongratz Endocrine disruptive chemicals: mechanisms of action and involvement in metabolic disorders J Mol Endocrinol, 43 (2009), pp. 1–10

C. Casals-Casas, B. Desvergne Endocrine disruptors: from endocrine to metabolic disruption Annu Rev Physiol, 73 (2011), pp. 135–162

W.V. Welshons, S.C. Nagel, F.S. vom Saal Large effects from small exposures III. Endocrine mechanisms mediating effects of bisphenol A at levels of human exposure Endocrinology, 147 (6 Suppl) (2006), pp. S56–S69

D.M. Sheehan, E. Willingham, D. Gaylor, et al. No threshold dose for estradiol-induced sex reversal of turtle embryos: how little is too much? Environ Health Perspect, 107 (1999), pp. 155–159

L.N. Vandenberg, T. Colborn, T.B. Hayes, et al. Hormones and endocrine-disrupting chemicals: low-dose effects and nonmonotonic dose responses Endocr Rev, 33 (2012), pp. 378–455

N. Vargesson Thalidomide-induced limb defects: resolving a 50-year-old puzzle Bioessays, 31 (2009), pp. 1327–1336

R.R. Newbold Lessons learned from perinatal exposure to diethylstilbestrol Toxicol Appl Pharmacol, 199 (2004), pp. 142–150

P. Fénichel, F. Brucker-Davis, N. Chevalier The history of Distilbène® (Diethylstilbestrol) told to grandchildren – the transgenerational effect Ann Endocrinol (Paris), 76 (2015), pp. 253–259

R.R. Newbold, E. Padilla-Banks, W.N. Jefferson Adverse effects of the model environmental estrogen diethylstilbestrol are transmitted to subsequent generations Endocrinology, 147 (6 Suppl) (2006), pp. S11–S17

D.J. Barker The developmental origins of adult disease Eur J Epidemiol, 18 (2003), pp. 733–736

T. Kelly, W. Yang, C.S. Chen, et al. Global burden of obesity in 2005 and projections to 2030 Int J Obes (Lond), 32 (2008), pp. 1431–1437

S. Wild, G. Roglic, A. Green, et al. Global prevalence of diabetes: estimates for the year 2000 and projections for 2030 Diabetes Care, 27 (2004), pp. 1047–1053

International Diabetes Federation. IDF Diabetes Atlas, Sixth edition. Brussels, Belgium: International Diabetes Federation; 2013. http://www.idf.org/diabetesatlas.

World Health Organization. Diabetes (Fact Sheet N°312); October 2013. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs312/en/.

T. Rice, L. Pérusse, C. Bouchard, D.C. Rao Familial aggregation of body mass index and subcutaneous fat measures in the longitudinal Québec family study Genet Epidemiol, 16 (1999), pp. 316–334

P. Poulsen, K.O. Kyvik, A. Vaag, H. Beck-Nielsen Heritability of type II (non-insulin-dependent) diabetes mellitus and abnormal glucose tolerance–a population-based twin study Diabetologia, 42 (1999), pp. 139–145

B.A. Neel, R.M. Sargis The paradox of progress: environmental disruption of metabolism and the diabetes epidemic Diabetes, 60 (2011), pp. 1838–1848

P.F. Baillie-Hamilton Chemical toxins: a hypothesis to explain the global obesity epidemic J Altern Complement Med, 8 (2002), pp. 185–192

K.A. Thayer, J.J. Heindel, J.R. Bucher, M.A. Gallo Role of environmental chemicals in diabetes and obesity: a National Toxicology Program workshop review Environ Health Perspect, 120 (2012), pp. 779–789

J. Legler, T. Fletcher, E. Govarts, et al. Obesity, diabetes, and associated costs of exposure to endocrine-disrupting chemicals in the European Union J Clin Endocrinol Metab, 100 (2015), pp. 1278–1288

P.A. Bertazzi, D. Consonni, S. Bachetti, et al. Health effects of dioxin exposure: a 20-year mortality study

Am J Epidemiol, 153 (2001), pp. 1031–1044

J.E. Michalek, M. Pavuk Diabetes and cancer in veterans of Operation Ranch Hand after adjustment for calendar period, days of spraying, and time spent in Southeast Asia J Occup Environ Med, 50 (2008), pp. 330–340

S.L. Wang, P.C. Tsai, C.Y. Yang, Y.L. Guo Increased risk of diabetes and polychlorinated biphenyls and dioxins: a 24-year follow-up study of the Yucheng cohort Diabetes Care, 31 (2008), pp. 1574–1579

D.J. Magliano, V.H. Loh, J.L. Harding, et al. Persistent organic pollutants and diabetes: a review of the epidemiological evidence Diabetes Metab, 40 (2014), pp. 1–14

D.H. Lee, I.K. Lee, K. Song, et al. A strong dose-response relation between serum concentrations of persistent organic pollutants and diabetes: results from the National Health and Examination Survey 1999-2002

Diabetes Care, 29 (2006), pp. 1638–1644

C.J. Everett, I.L. Frithsen, V.A. Diaz, et al. Association of a polychlorinated dibenzo-p-dioxin, a polychlorinated biphenyl, and DDT with diabetes in the 1999-2002 National Health and Nutrition Examination Survey Environ Res, 103 (2007), pp. 413–418

Q. Sun, M.C. Cornelis, M.K. Townsend, et al. Association of urinary concentrations of bisphenol A and phthalate metabolites with risk of type 2 diabetes: a prospective investigation in the Nurses’ Health Study (NHS) and NHSII cohorts Environ Health Perspect, 122 (2014), pp. 616–623

R. Airaksinen, P. Rantakokko, J.G. Eriksson, et al. Association between type 2 diabetes and exposure to persistent organic pollutants Diabetes Care, 34 (2011), pp. 1972–1979

J.P. Tiano, F. Mauvais-Jarvis Importance of oestrogen receptors to preserve functional ß-cell mass in diabetes Nat Rev Endocrinol, 8 (2012), pp. 342–351

N. Chevalier, P. Fénichel Endocrine disruptors: new players in the pathophysiology of type 2 diabetes? Diabetes Metab, 41 (2015), pp. 107–115

J. Ruzzin, R. Petersen, E. Meugnier, et al. Persistent organic pollutant exposure leads to insulin resistance syndrome Environ Health Perspect, 118 (2010), pp. 465–471

C.H. Hurst, D.J. Waxman Activation of PPARα and PPARγ by environmental phthalate monoesters Toxicol Sci, 74 (2003), pp. 297–308

P. Alonso-Magdalena, S. Morimoto, C. Ripoll, et al. The estrogenic effect of bisphenol A disrupts pancreatic ß-cell function in vivo and induces insulin resistance Environ Health Perspect, 114 (2006), pp. 106–112

T.M. Batista, P. Alonso-Magdalena, E. Vieira, et al. Short-term treatment with bisphenol-A leads to metabolic abnormalities in adult male mice PLoS One, 7 (2012), p. e33814

J.C. Jimenez-Chillaron, E. Isganaitis, M. Charalambous, et al. Intergenerational transmission of glucose intolerance and obesity by in utero undernutrition in mice Diabetes, 58 (2009), pp. 460–468

R.R. Newbold, E. Padilla-Banks, W.N. Jefferson Environmental estrogens and obesity Mol Cell Endocrinol, 304 (2009), pp. 84–89

N. Chevalier, P. Fénichel, A. Bisphenol Targeting metabolic tissues Rev Endocr Metab Disord, 16 (2015), pp. 299–309

D.C. Dolinoy, D. Huang, R.L. Jirtle Maternal nutrient supplementation counteracts bisphenol A-induced DNA hypomethylation in early development Proc Natl Acad Sci USA, 104 (2007), pp. 13056–13061

E. Burgio, A. Lopomo, L. Migliore Obesity and diabetes: from genetics to epigenetics Mol Biol Rep, 42 (2015), pp. 799–818

M. Manikkam, R. Tracey, C. Guerrero-Bosagna, M.K. Skinner Plastics derived endocrine disruptors (BPA, DEHP and DBP) induce epigenetic transgenerational inheritance of obesity, reproductive disease and sperm epimutations PLoS One, 8 (2013), p. e55387

Articles en relation

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered

Recherche dans le blog

Derniers articles

Maltodextrine BIO : utilisation pour le sport et la musculation Maltodextrine BIO : utilisation pour le sport et la musculation

Les bienfaits de la poudre de feuilles d'ortie bio Les bienfaits de la poudre de feuilles d'ortie bio

Les probiotiques naturels et les problèmes d'intestin Les probiotiques naturels et les problèmes d'intestin

Les bienfaits de l'huile de coco bio Les bienfaits de l'huile de coco bio

Bienfaits et danger de la curcumine pour la santé Bienfaits et danger de la curcumine pour la santé

Comment reconnaître les compléments alimentaires de qualité ? Comment reconnaître les compléments alimentaires de qualité ?

Les bienfaits des oméga 3 pour la santé : pourquoi faut-il en consommer plus ? Les bienfaits des oméga 3 pour la santé : pourquoi faut-il en consommer plus ?

Déchiffrez la composition de vos aliments ou misez sur le clean-label Déchiffrez la composition de vos aliments ou misez sur le clean-label

Le rôle du microbiote dans l'équilibre intestinal Le rôle du microbiote dans l'équilibre intestinal

Santé performances douleurs cerveau: quelles bonnes graisses consommer Santé performances douleurs cerveau: quelles bonnes graisses consommer

Comprendre votre tolérance ou intolérance aux glucides Comprendre votre tolérance ou intolérance aux glucides

Les Graisses : Santé, Transformation corporelle, Douleurs, Performances Les Graisses : Santé, Transformation corporelle, Douleurs, Performances

En route pour les JO avec Claire Jacquet En route pour les JO avec Claire Jacquet

Articulations-tendinites-douleurs : pourquoi consommer du gingembre? Articulations-tendinites-douleurs : pourquoi consommer du gingembre?

Une super santé et moins de graisse en augmentant sa sensibilité à l'insuline Une super santé et moins de graisse en augmentant sa sensibilité à l'insuline

 Comment rester ou retrouver une bonne santé? Comment rester ou retrouver une bonne santé?

Perturbateurs Endocriniens, perte de graisse et Cure Detox : préserver sa santé Perturbateurs Endocriniens, perte de graisse et Cure Detox : préserver sa santé

BCAA et Glutamine : ont ils un intérêt pour vous ? BCAA et Glutamine : ont ils un intérêt pour vous ?

Compléments alimentaires : pourquoi et comment faire les bons choix Compléments alimentaires : pourquoi et comment faire les bons choix

Christophe Carrio: mon petit déjeuner de champion Christophe Carrio: mon petit déjeuner de champion

Farine de Patate Douce en poudre bio : Intérêt Nutritionnel et utilisations Farine de Patate Douce en poudre bio : Intérêt Nutritionnel et utilisations

Douleurs articulaires-tendinite-arthrose-TMS: les solutions naturelles Douleurs articulaires-tendinite-arthrose-TMS: les solutions naturelles

Whey protéine pour préserver sa santé et augmenter les performances Whey protéine pour préserver sa santé et augmenter les performances

Barre protéinée pruneaux noix et whey isolat Barre protéinée pruneaux noix et whey isolat

Energie Balls riches en proteines et anti-inflammatoires Energie Balls riches en proteines et anti-inflammatoires

Tous les articles